Browsing Category

Hoanui

Hoanui, Work

Le dépot d’un nom de marque

Je voulais vous écrire un article spécifique sur le dépôt de nom de marque, car j’ai pu avoir affaire à plusieurs petites galères ! Donc autant que je les partage avec vous pour que vous ne fassiez pas la même chose – de rien, ça me fait plaisir hahaha -.

Alors évidemment j’essaye d’expliquer simplement les choses pour toutes personnes, comme vous et moi, qui viennent à faire un dépôt de nom de marque, je pense que si des avocats ou juristes passent par là ils s’arracheront les cheveux à la vue de cet article, pardonnez-moi d’avance. Je ne fais que donner tous les conseils qu’on m’a donné et surtout, vous partager mon expérience.

 

Vérifier sa disponibilité

Tout d’abord, quand vous êtes sûrs d’un nom que vous aimez bien, il est important de vérifier sa disponibilité PARTOUT : sur tous les réseaux sociaux, sur Google qu’est-ce qui apparaît quand on tape votre nom, et les noms de domaines pour votre futur site internet (voir sur OVH par exemple).

Vous verrez que cette simple étape est primordiale pour ne pas se retrouver en première page avec une marque de pâté pour chat ou un compte instagram d’une fille en Angleterre qui a chaud aux fesses. Je grossis l’histoire évidemment mais c’est très important de penser à vos futurs clients qui taperont le nom de votre marque partout.

Une fois cette étape de réalisée, il faut vérifier sa disponibilité « légalement parlant ». Je vous invite donc à aller sur ce site internet, pour voir s’il est disponible en France.

Ne faites pas comme moi, si votre nom est pris mais dans une autre catégorie (ex : vous voulez ouvrir une marque de vêtements, et il y a déjà un restaurant qui s’appelle comme ça), ne vous lancez quand même pas dedans ! Egalement, il ne faut pas que votre nom de marque soit inclus dans un nom de marques à plusieurs mots (ex : Boho Brandy Gypsy, vous pouvez vous faire attaquer par Brandy Melville).

Partez du principe qu’on peut vous attaquer pour tout : si votre nom est identique à celui d’une autre marque (même dans une catégorie différente qui n’a rien à voir avec votre business), si votre nom fait parti d’un groupe de mot déjà déposé, si votre nom à une orthographe similaire à un autre nom de marque, si la consonance quand on le dit est identique à un autre nom de marque etc etc…

Quelques exemples de bad expériences

Mon expérience Vaiana -> Hoanui

Au départ, pour ceux qui ont suivi dès le début, j’avais craqué pour le prénom Vaiana et je voulais appeler ma marque comme ça. Je voulais depuis le début un prénom polynésien/tahitien qui incite au voyage. Bête comme je suis, je l’ai déposé sans prêter attention au dessin animé Vaiana. Même s’il est dans une autre catégorie, il peut m’attaquer car c’est le même nom (et d’ailleurs, ils ont racheté la catégorie « vêtements » pour faire des produits dérivés donc impossible). J’ai ensuite voulu déposer le nom Vahiana, mais c’est également une belle erreur car c’est la même consonance. C’est d’ailleurs pour ça que le dessin animé s’appelle Moana aux Etats-Unis, pour une question de droits.

Vu que j’avais assez perdu d’argent comme ça (2 x 210€ du coup), une gentille avocate m’ai venue en aide sur Instagram et m’a donné la marche à suivre (je pense qu’elle a eu pitié de moi et de mon ignorance). Il faut vérifier que son nom n’apparaît pas du tout sur ce moteur de recherche de l’Inpi ET faire une recherche plus approfondie à l’aide du site ou d’un avocat pour voir ce que vous risquez en Europe et dans le Monde.

J’ai donc eu ce précieux document qui me montre à quels risques je m’excuse avec Hoanui et comment je peux riposter si on m’attaque, et je peux vous dire que ça vous rassure énormément quand vous créez une marque. Parce que travailler dur, faire tout le packaging, la communication, l’univers, le site internet avec un nom de marque et se faire attaquer derrière 5 ans plus tard c’est VRAIMENT relou.

Evidemment, c’était un mal pour un bien pour moi car j’ai flashé sur le prénom Hoanui qui signifie « mon grand ami », celui qui est généreux, si qui ont peut compter, qui porte la vie en lui. Et l’univers de la marque m’est apparu comme une évidence par rapport à Vaiana, qui était plus « lisse » et « mignonnet ».

Autres exemples

J’ai eu le témoignage de beaucoup de marques au sujet des dépots de nom :

– MyLittleAdventure (domaine du voyage) s’est fait attaquer par My Little Paris

– Canal + attaque tous ceux qui utilisent le « + » dans leur nom

– Easy jet attaque tous ceux qui utilisent le « easy » dans leur nom

– Une marque dont je ne me souviens plus exactement le nom, avait une marque bohème du style « Boho coco gypsy » et s’est fait attaquer par Chanel pour le « coco »

Evidemment on parle là de géant qui ont des personnes qualifiées pour rechercher les noms de marques similaires, mais il est important de bien faire attention là-dessus au préalable.

Combien ça coûte ? Comment choisir les catégories ?  

Je vais tenter de vous expliquer simplement comment choisir les catégories. Quand vous déposez un nom de marque, sachez que cela coûte 210€ (qu’il soit accepté ou non). Et dans ces 210€, vous pouvez choisir jusqu’à 3 catégories (par exemple : chaussures, vêtements, accessoires).

MAIS ATTENTION.

Si vous n’utilisez pas l’une de ses 3 catégories dans les 5 ans où vous avez déposé votre nom de marque, quelqu’un est tout à fait libre de créer une marque qui porte votre nom.

Je m’explique, imaginons pour Hoanui je prends ces 3 catégories et finalement je ne lance jamais de collections de chaussures. Une autre marque arrive et décide de s’appeler Hoanui shoes, si je l’attaque car je suis deg qu’elle utilise mon nom, elle gagnera car je n’ai pas utilisé la catégorie en question sur lequel elle fait son business.

Evidemment je schématise, les cas sont vraiment différents, mais ce sont des conseils de professionnels qu’on m’a donné donc autant vous les transmettre et essayer de prévoir avant le coup.

Le mieux est donc de souvent prendre une seule catégorie, ou bien réfléchir si on va tout développer comme catégorie pour ne pas être trop gourmand. Au-delà de 3 catégories, la somme augmente (je ne sais pas combien car je n’étais pas concernée du coup).

J’espère que ces petits conseils vous seront utiles, encore une fois, ce sont des tips qui m’ont été donné par des avocats, des juristes, des entreprises qui ont ce genre de problèmes… donc prenez ce qui est bon à prendre, tout n’est peut-être pas forcément juste ; mais je voulais vous alerter sur le nom de marque qui est souvent anodin ou « l’étape qui n’est pas la plus difficile » mais on sous-estime son pouvoir !

Gros bisous,

À très vite pour de nouveaux articles,

Laisser un commentaire

Hoanui

Les 10 étapes clés de la création d’une marque

Je pense que vous êtes nombreux et nombreuses à l’avoir attendu, voici un article qui pourrait vous être utile : les 10 étapes clés de la création d’une marque ! Je pense qu’il était plus simple de prendre le temps d’écrire cet article pour vous aider au mieux, car je reçu une multitude de questions sur par où commencer quand on créer son entreprise, et comment être sûr de ne pas louper une étape..

Alors même si je suis loin d’être une créatrice d’entreprise parfaite, que je suis jeune, un peu bornée et assez impulsive, je vais simplement vous raconter les étapes par lesquelles je suis passée, et j’espère que cela vous aidera dans tous vos projets ❤

1) Faire murir votre idée
Généralement vous partez d’une idée de base de création d’entreprise et de marque, il faut que cette idée vous anime, que vous soyez passionné et que vous ne fassiez pas ça juste pour créer votre entreprise et être votre propre patron. Ça doit être quelque chose que vous avez peut-être toujours eu en vous, une passion,.. Ne cherchez pas forcément l’idée révolutionnaire, l’application high tech à la mode ou le concept qui n’existe pas encore. Parfois les belles histoires naissent simplement d’une idée. Par exemple moi des marques de vêtements bohème il en existe une multitude, mais je mettrai ma patte, ma touche, et ça sera mon univers qui fera vivre Hoanui. C’est de cette façon qu’elle pourra être unique et qu’elle me ressemblera.

Je vous conseille de faire un moodboard Pinterest, de vous renseigner sur le sujet, sur les législations, les lois, les moyens techniques/humains, les possibilités… Ça part souvent d’une idée qui nous traverse en un éclair, mais il est important de faire murir votre idée, de ne pas vous disperser et de voir ce que réellement vous voulez mettre en place.

2) Réfléchir à un nom
Pour beaucoup de personnes ce n’est pas si important que ça, mais pour moi c’est quand même l’ADN de votre entreprise/marque. Il est donc important de prendre le nom en considération et de réfléchir à ce que vous voulez véhiculer comme valeurs, image de la marque. Faites une liste de noms qui vous plaise, faites un brainstorming en notant aussi des mots qui vous plaisent ou qui ont une signification pour vous, vous pouvez aussi les traduire dans d’autres langues. Essayez de réaliser une short list avec vos préférés et n’hésitez pas à demander l’avis autour de vous, ils auront sûrement des idées intéressantes mais rappelez-vous que c’est quand même vous qui décidez, c’est votre bébé.

3) Regarder s’il est disponible, réseaux sociaux et site internet
Une autre étape importante, c’est regarder si votre nom favori est disponible pour votre futur site internet, et vos réseaux sociaux. Tapez déjà simplement sur google le nom et voyez ce qu’il en ressort, ça sera très important aussi pour le référencement web plus tard. Faites de même sur Facebook, Instagram, Twitter etc. Attention à la concurrence, s’il est déjà pris, et même si n’importe quel entreprise/film/acteur/jouet ou autre porte ce nom. Un article spécialement sur la recherche du nom de marque est à suivre pour connaitre les erreurs à éviter car j’ai eu des soucis à ce propos donc je pense que ce serait intéressant pour vous de partager mon histoire ! Ensuite, recherchez si vous nom est pris sur ce site.

4) Déposer le nom
Je vais passer rapidement sur ce point car encore une fois, les informations seront disponible dans le big article concernant le nom d’entreprise. Il faut aller sur ce site, et suivre le déroulé des questions. Les grandes lignes à savoir sont que ça coûte 210€ de déposer un nom (qu’importe qu’il soit accepté ou non), que vous avez jusqu’à 3 catégories que vous pouvez choisir dans ce prix là (ex : prêt à porter, accessoires, chaussures), que vous avez 3 ans pour les utiliser obligatoirement (ne pas prendre 10 catégories si vous ne comptez pas les utiliser), et que il faut de mémoire 3 mois pour que quelqu’un fasse opposition à votre dépôt de nom et qu’il soit officiellement accepté par l’INPI. Corrigez moi en commentaire si j’oublie des éléments.

5) Faire le point sur votre budget et financements possibles 
Le nerf de la guerre, c’est évidemment l’argent ! Alors c’est évidemment bien d’avoir des économies lorsqu’on crée une marque parce qu’on aura des coups durs, des imprévus et qu’on investira beaucoup au départ. Faites le point sur combien vous pouvez investir personnellement dans votre entreprise, sur les aides possibles de votre région dans la création d’entreprise, sur les possibles prêts en allant dans diverses banques pour comparer, allez dans des club business et associations de communication (sur la Côte d’Azur ADMIN, #UCannesTweet, So Nice Tweet, Club Business 06, Azur Pro Com…), rapprochez vous de chefs d’entreprises que vous connaissez. Essayez d’avoir le maximum d’informations à ce sujet. Par exemple, il existe les business angels, les campagnes de crowdfunding, les prêts à la banque, des organismes comme ADIE, CCI, Métropole NCA, ACEC BGE, ACCRE, Initiatives Terre d’Azur, des solutions via le Pôle emploi.. etc etc ! La liste peut être infinie ! Vous trouverez ces informations sur internet, dans votre entourage et auprès de réseaux professionnels ! 

6) Faire le point sur vos compétences, et les personnes qui peuvent vous aider
Quand on créer son entreprise, il est important de voir ce qu’on va pouvoir réaliser seul, et sur quoi on va demander de l’aide ! Ne vous jetez pas corps et âme dans toutes les missions car il est impossible d’être bon dans tous les domaines ! Regardez aussi autour de vous dans votre entourage les compétences et métiers de vos amis, vous pouvez en parler avec eux, faire des échanges de services et les aider en retour sur d’autres choses dont ils pourraient avoir besoin. L’entraide est le mot d’ordre quand on crée son entreprise et pas besoin d’être influenceur pour avoir de la visibilité en échange de services ! C’est là où vous verrez qui sont réellement vos amis (comme quand on fait un déménagement, on voit toujours qui est finalement présent), et si vous avez bien construit votre réseau professionnel depuis toutes ces années…

7) Réaliser un business plan
C’est seulement après avoir fait toutes ces étapes que vous serez en mesure de réaliser un début de business plan ! Pas de panique, je sais que cette étape en stresse plus d’un, mais commencez par simplement faire deux colonnes : ressources (financement personnel, dons, prêt banque, aide d’organismes…) VS besoins (graphisme, site internet, dépôt des statuts, mannequins, photographes…). Ensuite, vous pouvez vous faire aider auprès d’organismes pour réaliser votre business plan, ils vous donne des trames et vous en trouvez même sur internet en tapant sur Google : « exemple trame business plan site e-commerce » par exemple. Quand vous arrivez auprès des banques et organismes avec ces éléments, c’est évidement beaucoup plus sérieux. Si vous avez la chance de ne pas passer auprès des banques/organismes, vous n’aurez pas forcément besoin d’un business plan carré avec prévisionnel sur 3 ans etc, le principal c’est ce fameux tableau avec ressources VS besoins, même vous vous y verrez plus clair ! Je l’ai fait sur mon Google Drive et quasiment tous les jours je rajoute des trucs dans la colonnes besoins (pas trop dans la colonne ressources bizarrement haha). Rendez-vous sous l’article « Comment faire un business plan ? » pour des informations détaillées.

8) Organisez vous au mieux !
L’organisation sera votre meilleur allié, je ne vous apprend rien. J’ai donc des tableaux pour à peu près tout : business plan, packaging, identifiants de tous les sites internets et réseaux sociaux reliés à la marque, comparatif banques, comparatif distributeurs, base de données de personnes pouvant vous aider.. Gardez la preuve de tout ce que vous faites comme démarches, photocopiez bien les documents, et même si vous pensez que ça ne vous sera pas utile, gardez absolument toutes les traces ! Créez vous une nouvelle adresse mail, organisez vous un coin bureau, stockez sur icloud ou google drive pour retrouver vos documents partout, utilisez des outils de gestion de projet… Bref, avant de vous lancer dans une nouvelle aventure complètement dingue, le mieux est de s’organiser, classer ses idées et documents pour mieux démarrer.

9) Enregistrer votre entreprise : dépôt des statuts etc
Alors je vous conseille de prendre rendez-vous avec un comptable pour faire cette partie si vous n’êtes pas super doué avec les chiffres comme moi. Les différences entre SAS, SASU, SARL, EURL, statut auto entrepreneur.. etc franchement c’est un casse tête et en même temps ça reste une partie super importante. Les professionnels vous aideront au mieux mais évidemment n’hésitez pas à vous renseigner au préalable sur des sites spécialisés ou dans des bouquins. Préparez-vous psychologiquement, ça coûte cher de juste « créer » une entreprise : capital, annonce dans le journal officiel, dépôt des statuts, frais de comptable etc… Mais au moins vous aurez quelque chose de carré et en règle!

10) Recherche de prestataires/fournisseurs
Une partie, et pas des moindres, c’est la recherche de partenaire, fournisseurs, stylistes, photographes, mannequins, assurances et banques partenaires etc pour réaliser votre site internet, logo, charte graphique, impressions, dessins des modèles, tissus etc. Si vous avez bien fait votre travail de répérage dans votre réseau pro/perso de compétences, vous devrez avoir une bonne partie de cochée et si vous ne connaissez pas grand monde en lien avec votre business, demandez de l’aide également à votre entourage pour des partenaires/prestataires/fournisseurs à vous recommander. Egalement, en faisant partie de réseaux professionnels, on développe son carnet d’adresse. Repérez aussi les salons de votre région ou sur Paris et n’hésitez pas à prévoir un déplacement pour rencontrer des partenaires qualifiés (par exemple, moi je vais en septembre à Paris au salon Tex World pour choisir mes tissus pour un des thèmes de ma collection). Sur internet également, vous avez des mines d’or via des blogueurs, des starts-ups, des agences de coms, des magazines, etc. Vous pouvez aussi très bien trouver des fournisseurs sur Internet pour la création de vêtements en faisant des recherches en anglais pour l’international.

J’espère que ces petits conseils vous auront aidé pour débuter et y voir plus clair dans vos projets ! N’hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous souhaitez créer, ça serait génial de pouvoir échanger à ce sujet et bravo à tous d’essayer de vous lancer. La création d’entreprise est loin d’être un long chemin tranquille mais le développement personnel et la satisfaction de voir votre bébé naitre vous fera oublier tous vos tracas 💋

Laisser un commentaire

Hoanui, Humeur, Papotages, Work

Création d’HOANUI : la naissance du projet


La naissance du projet

Il était grand temps que je vous parle de mon projet de création de marque par ici… Vous êtes peut-être plusieurs à l’avoir appris via les réseaux sociaux, je souhaite en effet monter une marque de prêt-à-porter bohème qui s’appellera : HOANUI (« celui qui donne la vie » en tahitien). Plusieurs personnes de mon entourage m’ont dit : mais pourquoi te lancer dans ça tout de suite alors que tu venais à peine de te mettre en statut auto entrepreneur, pourquoi un tel projet c’est un peu fou, comment vas-tu trouver autant d’argent ? etc etc.

Je suis une personne très impulsive et lorsque j’ai une idée en tête, je vais toujours au bout des choses. Après 11 ans de mannequinat, j’ai pu découvrir des aspects que j’aimais beaucoup : les shootings photos, la création, les lookbooks, l’envers du décor etc. J’ai la chance d’avoir rencontré des personnes extraordinaires : photographes, mannequins, marques naissantes comme grands groupes… Des personnes inspirantes qui vous donnent envie vous aussi de réaliser vos rêves et tenter votre aventure.

Je suis dans une phase de ma vie propice aux projets : je n’ai pas d’enfants, pas encore de prêt sur le dos, je suis freelance donc libre de travailler quand je le souhaite sur ma marque (et surtout, d’avoir un revenu fixe également via mon travail, sans quitter un contrat pour monter ma boîte), et je connais beaucoup de personnes dans la communication, marketing, mode, site internet, design etc. De plus, grâce à tout l’amour que je reçois sur les réseaux sociaux (cœur sur vous), nous sommes plus de 30 000 du côté d’Instagram, alors j’ai pour moi beaucoup de chance de vous avoir comme soutien dans ce projet. Qui sait, Instagram n’existera peut-être plus dans 10 ans ? Avec toutes ces clés en mains, ce serait bête de ne pas faire quelque chose n’est-ce pas ? J

Le constat dont je suis partie

Si l’hiver je ne jure que par les jeans, les sweats et les casquettes de garçon manqué, l’été mon âme d’hippie refait surface et je pourrai aisément sortir avec un foulard sur la tête, un pantalon pattes d’eph à fleurs et un petit crop top en dentelles. Désespérément amoureuse du style bohème, je ne craque en session shopping QUE pour des fringues de ce type. Sauf que voilà…. Tout coûte très cher dans le « hippie chic » ! Soit vous dénichez des petites merveilles chez H&M, Zara, Mango, Asos et compagnie mais vous galérez toujours à les retrouver, à avoir votre taille, et deux mois plus tard, il n’y est plus ; soit vous investissez dans des marques plus spécialisées type Sundress, Spell by byron bay, House of Harlow, Lost lover store, Free people , etc… et ça coute une fortune je trouve ! Pour celles qui habitent sur la Côte d’Azur et qui me lisent, il n’y a qu’à voir le prix d’une robe à Juans les Pins !

Je n’ai pas la prétention de dire que je vais faire quelque chose d’extraordinaire ou complètement différents des autres marques mais j’avais envie de faire une marque accessible (le plus que je puisse faire en tout cas, je ne m’appelle pas Primark non plus), et une référence dans le domaine du hippie / bohème.

De plus, j’ai remarqué que lorsque vous me demandez où j’ai acheté certaines pièces, elles proviennent très souvent de Californie, Hossegor, Bali ou Biarritz. Egalement, lorsque je porte des imprimés tye and die, vous êtes aussi très nombreuses à me demander d’où cela vient. Je pense que cet imprimé peut plaire à beaucoup d’entre vous et j’aimerai donc le reprendre très souvent comme fil conducteur pour la marque.

Le positionnement et concept d’HOANUI

Comme vous l’aurez compris, je souhaite donc réaliser une marque de vêtement destinée aux filles simples, libres et aventureuses. Cela pourra toucher à la fois les filles au style bohème, amoureuses des festivals branchés type « Coachella » ou « We love green », qui jouent beaucoup avec les accessoires, chapeaux, bijoux et la tendance boho ; mais également les amoureuses de la plage et des voyages, qui aiment se promener pieds nus, portent des colliers en coquillage.

Entre la culture surf / beachwear et les inspirations looks des années 70, je souhaite une marque aussi bien pour les surfeuses en herbes que pour les festivalières d’un soir. Combi-short, robe longue, kimono, robe dos nu, top noué… les pièces seront des must-haves pour l’été, et reprendront les principes de base de notre garde-robe estivale : matières fluides, imprimés fleuris et colorés, pas de boutons ni fermetures éclairs… La petite robe a enfiler sur son maillot pour aller diner en amoureux tout en sentant le monoï après une journée au soleil à roupiller.

Alors, qu’en dites vous ? ❤

Pour suivre l’évolution du projet, rendez-vous sur l’instagram d’Hoanui, la page Facebook et le compte Twitter !
Laisser un commentaire